Je me lève le matin et je retourne la feuille sur laquelle je retranscris le rêve.
Je la retourne au fur et a mesure que je dessine, je la retourne et je vois alors la continuité de ce qui a précédé. Ce qui a précédé ou si ce qui coexistait avec ce qui se prolonge.
Le trait suivant, prolongera une image qui a été reconnu mais ce sera longtemps après, ou juste après.
Je retourne la feuille sur laquelle je dessine pour inscrire et faire disparaître un élément que mon cerveau a engendré. La chose disparaît lorsque je retourne la feuille sur laquelle je suis en train de dessiner car le dernier trait qui échafaude sa forme est vu en transparence, je m’empresse alors de continuer.
Je continu de l’autre côté, pour éteindre l’anéantissement, pour mettre en route l’origine, pour prendre note d’une absence.
Après chaque rêve.